La vie du quartier Neudorf - Deux Rives à Strasbourg
©LDK

Rachid Bouzid, « je rêvais d’avoir ce restaurant et j’ai fini par l’acheter »

Nous sommes allés à la rencontre de Rachid Bouzid, 41 ans, le gérant de Pizza renard rue de Ribeauvillé. Le strasbourgeois a grandi à Neudorf et il n’a jamais imaginé construire sa vie hors du quartier.

Pourquoi il a choisi Neudorf

J’ai grandi dans le quartier et j’aime ce quartier. A la place du parking près du Lycée Jean Monnet rue Labaroche, il y avait un parc. Quand j’avais 15 ans, j’aimais y traîner avec des copains. Depuis le parc je pouvais voir un restaurant pizzeria qui avait très bonne réputation à l’époque. A chaque fois que je le regardais, je me disais intérieurement qu’un jour ce restaurant serait à moi. Du rêve à la réalité, j’ai fini par l’acheter et cela fait 18 ans. Au fil des années, toute ma vie s’est construite dans le quartier. Je vis à Neudorf, je travaille à Neudorf. Je ne m’imaginais pas construire ma vie ailleurs.

Son endroit préféré dans le quartier

Il y a beaucoup de lieux magnifiques dans le quartier. Celui que je préfère quand j’ai envie d’un peu de calme et de faire le vide dans ma tête c’est le parc du Kurgarten. L’aménagement du parc qui me plaît beaucoup, il est tout en longueur, on peut s’y promener tranquillement sans croiser du monde. J’aime y amener mes enfants afin qu’ils puissent profiter des aires de jeux. J’adore également rouler en moto tout le long de la rue du Havre qui traverse le Port du Rhin.

Ce qui l’a marqué depuis l’installation de son entreprise

Ce qui m’a marqué et qui me marquera toujours, c’est la bienveillance des neudorfois (es).

Ses centres d’intérêts

Je suis un fan de moto. Je fais d’ailleurs parti d’un groupe de motards. Chaque été on se retrouve et on organise des événements.

Le métier de ses rêves

Je ne rêvais pas d’un métier en particulier. Tout ce que j’ai toujours voulu faire c’était de créer ma propre entreprise. Je ne savais pas dans quel domaine entreprendre. La restauration a été un peu comme une révélation. A 19 ans, je me suis lancé dans la restauration rapide avec la création d’un Food truck spécialisé dans la vente de sandwiches. Ça a bien marché. En voulant développé l’activité je me suis retrouvé dans une pizzeria et je me suis adapté à l’opportunité qui s’est présentée.

Son rituel pour garder le sourire quand ça va mal

Quand j’ai une baisse de moral, je pense simplement à mes enfants et à ma famille. Ma famille c’est ma force.

Son mot de fin

J’aime beaucoup mon quartier. Pour rien au monde je ne déménagerai. Tout est fait pour qu’on s’y sente bien. Il fait vraiment bon vivre à Neudorf.

à voir également dans cette catégorie

Portrait

Franck Graille, « tout est beaucoup plus simple et agréable avec un « bonjour »

Portrait

Alexandre Bouriant, « Toutes les occasions de rencontres et de partage me donnent le sourire »