La vie du quartier Neudorf - Deux Rives à Strasbourg
© La capitale du bruit

“La capitale du Bruit”, une co-réalisation de Rock Brenner – cinéaste Neudorfois

Figure du milieu cinématographique Neudorfois et Strasbourgeois, Rock Brenner, jeune réalisateur et organisateur de projections de films “impertinents et un peu fous”, a finalisé en 2017 un premier long métrage “La Capitale du Bruit” qui sera rediffusé ce 24 juin et le 1er juillet.


Un film inspiré de faits réels

En tant que Strasbourgeois, vous avez peut-être entendu parler de ce film, La Capitale du Bruit, un faux documentaire qui met en scène le personnage de Robert et son combat contre les nuisances sonores à Strasbourg. Il a été diffusé pour la première fois au Star Saint-Exupéry le 28 novembre 2017 devant une salle comble. Réalisé par Rock Brenner et Arnaud Delecrin, avec Stéphane Bernard dans le rôle de Robert, ce film s’est inspiré au départ du combat d’une association aux méthodes un peu violentes qui s’est fixée comme cheval de bataille les nuisances sonores au centre-ville de Strasbourg. « Nous avons eu l’idée de faire un film en scrutant la page Facebook de cette association. Nous avons vu les différents posts, vidéos, photos et commentaires, et nous avons ressenti quelque chose de très drôle qui s’en dégageait. Nous avons eu l’impression de voir des gens qui luttaient contre le rien. ». C’est à ce moment-là que l’idée de réaliser un court-métrage (car oui, à la base le film devait durer 5 minutes) a germé dans l’esprit de Rock et Arnaud.


Un long-métrage qui a rapidement pris son envol

“Impertinent et un peu fou”©Rock Brenner

Les deux amis ont donc décidé de réaliser une fiction plutôt axée vers la comédie, en créant un personnage vivant au centre-ville de Strasbourg, le fameux Robert, luttant contre les nuisances sonores nocturnes. Après la première heure de tournage, Arnaud et Rock se sont rendus compte que les images exploitables permettaient de réaliser un film plus long que le format prévu à la base. Il est donc passé d’une durée de 5 minutes, à 15 minutes, …, jusqu’à son format actuel : un long métrage d’1h30 ! Les deux réalisateurs se sont alors fixé un réel challenge cinématographique : réussir à tourner une fiction donnant vraiment l’illusion de la réalité, et faire en sorte que les spectateurs s’attachent à Robert en voyant au-delà du personnage antipathique de base.


Un projet ambitieux

Ce dont les cinéastes ne se doutaient pas, c’est qu’ils venaient de se lancer dans un tournage qui allait durer plus de deux ans, rassemblant environ 80 bénévoles. Lorsqu’on regarde le film, ce qui saute immédiatement aux yeux est la qualité du jeu d’acteurs, qui -il faut le préciser- sont quasiment tous amateurs, et spécialement le jeu de Stéphane Bernard qui tient son rôle de Robert à la perfection. Pour arriver à ce résultat, Rock et Arnaud ont demandé aux acteurs d’improviser : « Le tournage de ce film nous a appris que pour donner l’illusion de la spontanéité, il fallait travailler l’improvisation et ne pas demander aux comédiens d’apprendre un texte. Nous leur avons laissé beaucoup d’espace, et ils se sont d’ailleurs très bien débrouillés. »
La Capitale du Bruit rassemble également quelques guests connus à Strasbourg, dont Kansas Of Elsass, Phil du Mudd Club, Eli Finberg ou encore Gil Jogging.
Si vous voulez (re) découvrir La Capitale du Bruit, deux projections sont prévues dans les prochains temps : le 24 juin à 20h30 à la Mandragore et le 1er juillet à 18h30 au Neudorf en fête.


La Projo des Petits Grégory : une fête du cinéma

©Projo des petits Gregory

Nous vous en parlions en début d’article : au-delà de son activité de réalisateur, Rock est également organisateur de projections de films. C’est avec son ami Adrien Juncker qu’ils ont créé le concept de La Projo des Petits Gregory en 2016 : des projections de « films qui se noient dans la masse et que nous souhaitons faire remonter à la surface ». Le but de ces soirées est de mettre en avant des films impertinents, différents, libres et sauvages, qu’il s’agisse de courts, moyens ou longs métrages. Les films sélectionnés sont auto-produits la plupart du temps, mais il arrive également aux deux organisateurs de diffuser des films qui sont produits par des sociétés de production (réalisés donc selon une toute autre économie de moyen et dans des conditions de travail professionnelles), à partir du moment où ces films leur parlent.
C’est en se rendant régulièrement à des festivals de films alternatifs, notamment le festival Courts-Mais-Trash à Bruxelles, 2300 plan 9 en Suisse, ou encore le festival Fifigrot à Toulouse, que Rock et Adrien décident de ramener le concept à Strasbourg. « Dans la plupart des festivals de cinéma à Strasbourg, l’ambiance est très calme, très sage, comme dans une église. Nous souhaitions mettre en avant cet esprit plus libertaire : fêter le cinéma ! C’est pour cette raison que nous tenons à organiser nos projections dans des lieux alternatifs et non pas dans des salles de cinéma. »


Infos pratiques
Les projections ont lieu tous les premiers jeudis du mois au Graffalgar (à partir du mois d’octobre, après la trêve estivale), et régulièrement dans une petite salle de concert secrète et underground située près du Neudorf.
Rendez-vous sur la page Facebook de La Projo des Petits Gregory pour en savoir plus sur cette salle secrète, et connaître les dates des prochaines projections.

Lisa Klein


Participez, Partagez avec l’Offre Neudorf !

à voir également dans cette catégorie

Reportage

Trois jours pour découvrir les joies du jardinage en milieu urbain

Reportage

Retour sur Neudorf en fête, la rencontre annuelle estivale des Neudorfois !