La vie du quartier Neudorf - Deux Rives à Strasbourg
© Day By Day Strasbourg

Céline Vélu « j’avais envisagé de me lancer dans l’ébénisterie »

Nous sommes allés à la rencontre de Céline Vélu, 29 ans gérante de l’épicerie Day by Day au 100 route du Polygone. Originaire de Liévin dans le Pas-de-Calais, l’épicière a trouvé sa place à Neudorf.

Pourquoi elle a choisi Neudorf

N’étant pas alsacienne, j’ai eu pas mal de difficultés au début à choisir un endroit pour implanter mon magasin. J’ai « étudié » la ville de Strasbourg et demandé conseil aux habitants. Le quartier du Neudorf m’a plu tout de suite, il y a une certaine ambiance ici. C’est une petite ville dans la ville. On ne ressent pas la pression commerciale que l’on peut ressentir au centre-ville et les habitants sont heureux d’y vivre et c’est surtout ça qui m’a plu.

Son endroit préféré dans le quartier

Je dirais la place du marché. Elle me manque d’ailleurs moi qui la voyait de ma vitrine… (la boutique était installée avant au 90 route du Polygone – ndlr). Je trouve qu’il y a de la vie, les enfants jouent, les retraités s’y retrouvent et y papotent, le marché s’y installe, bref c’est un peu le cœur du quartier je trouve.

Ce qui l’a marqué depuis son installation

Je n’ai pas une anecdote en particulier, mais ce qui me marque toujours c’est quand on découvre avec mon collègue que des clients que nous connaissons bien séparément, se connaissent en fait entre eux ou sont de la même famille. C’est un village le Neudorf.

Ah si ! J’ai tout de même une anecdote : une cliente régulière était à la caisse du magasin lorsqu’une autre y rentre. Les deux dames, toutes les deux la cinquantaine environ, s’observent et l’une dit à l’autre « on se connait non ? ». C’était en fait deux bonnes copines du lycée qui ne s’étaient pas vu depuis tout ce temps. L’une était restée dans le coin et l’autre avait quitté l’Alsace, mais leur retrouvaille dans mon magasin était assez incroyable.

Ses centres d’intérêts

J’aime faire beaucoup de choses, la musique, le sport. Je suis très famille et voyage. Je suis maman d’une petite fille depuis quelques mois, donc j’avoue qu’elle occupe beaucoup mon esprit depuis sa naissance. Être maman c’est un métier tout de même !

Le métier de ses rêves

Je ne peux pas dire que j’ai rêvé d’être épicière depuis mon enfance. Mais j’ai ça dans le sang c’est sûr parce que cela me plait et je reste moi-même en le faisant.

Je suis aussi une vraie girouette et j’ai toujours envie de faire plein de choses. Lors de ma reconversion professionnelle, j’avais sincèrement envisagé de me lancer dans l’ébénisterie. Étant très manuelle, l’artisanat me faisait de l’œil. Mais le peu de débouchés et la complexité de la formation m’ont effrayé.

Son rituel quand ça va mal

Généralement au contact du premier client de la journée tout s’arrange ! J’ai aussi fait l’acquisition d’un vélo électrique pour faire les aller-retour maison-boulot, donc les 30 minutes de plein air aident pas mal. Et je dois admettre que les sourires de ma fille Eva sont assez magiques.

Son mot de fin

Venez faire un tour au Neudorf, les gens sont sympas, les commerçants aussi et surtout vive les courses en vrac !

à voir également dans cette catégorie

Portrait

Marie-Elisabeth North « Je suis une slasheuse »

Portrait

Josy Kney, « le sourire c’est ce qui fait notre rayon de soleil dans la journée »